Clarifier et cultiver sa Vision et laisser le « comment » aux instances supérieures - Béatrice Maine

Clarifier et cultiver sa Vision et laisser le « comment » aux instances supérieures

Clarifier et cultiver sa Vision et laisser le « comment » aux instances supérieures

Il y a bien longtemps j’ai entendu cette phrase qui a fait mouche et ne m’a jamais quitté « Le comment n’est pas ton business ». Pour autant cela ne veut pas du tout dire attendre. Mon job est de clarifier ma Vision, garder le fil de mon intention et poser des actions qui vont permettre aux « comment » de s’infiltrer dan mon quotidien, aux coïncidences de se manifester, et , petit à petit à ma Vision de descendre dans la matière.

 

L’intention : un phare et un agitateur des possibles

 

J’ai déjà un peu parler de l’intention. C’est d’ailleurs un des modules de formation en Neurodanse (Attention et Intention). Le thème m’est cher. Il est comme un phare qui me donne la direction, même dans les brouillards et les nuits les plus épaisses. Il est aussi un « façonneur » de mon futur, un stimulateur d’opportunités, de rencontres et de synchronicités, un vivificateur d’idées, de la force de résilience, de capacité d’agilité et de rebond. C’est une ressource que j’active quasi quotidiennement.

 

Clarifier sa vision et ses intentions à 3 niveaux :

 

      • Long terme
      • Moyen terme
      • Court terme

 

Je commence toujours par le temps le plus lointain. Pour la bonne raison que mon mental et mon imagination, aussi créatif soient-ils, sont, je le sais, largement pas assez grands, pas assez spacieux, ambitieux, focus, pour imaginer tout ce qui serait possible. Mon esprit d’humaine est beaucoup trop étriqué, limité. Trop sous l’influence de mon égo pétri de croyances restrictives, de peur et « soumis » à des programmes. Circonscrit dans sa vision du monde binaire, trop raisonnable, trop sensé, trop déterministe.
Loin d’avoir accès à toutes les données, à tous les niveaux d’informations, je ne compte pas ni ne fait confiance à mon mental. Je laisse les instances supérieures tracer dans les hautes herbes de mes futurs potentiels pas encore très défrichés, des chemins opportuns entre ma réalité du présent et ma vision rêvée du futur.

 

Laisser le comment aux instances supérieures

 

Depuis longtemps j’ai intégré que « le HOW is not your business ». Le comment n’est pas de mon ressort, ça n’est pas mon affaire. Répartition des tâches : moi c’est la Vision. « Eux » c’est le comment.

Quand j’ai rêvé de partir aux Etat Unis pour une année faire la formation Tamalpa j’ai laissé faire la vie sur le comment. Et en particulier l’aspect financier. Une fois ma candidature acceptée, j’ai pris un visa pour 1 année sans avoir aucune idée comment j’allais financer ce projet. Je savais qu’avec mes petites mains et mon cerveau je n’arriverai jamais à manifester 20 000 €. Et, en effet, par magie, par congruence, par chance, par synchronicité cet argent est arrivé, par petit bout et par des canaux différents.

Ma vision à long terme (3 ans) était : être certifiée Tamalpa, être établie dans carrière professionnelle : celle de l’accompagnement et la transmission basé sur la danse et la créativité (et donc cesser Globecyclette). Être plus libre, plus libérée, plus épanouie, plus en lien avec la joie.

Ma vision à moyen terme (1 ans) : avoir suivi l’enseignement Tamalpa en Californie. Avoir quitter la Mayenne et trouvé une autre terre d’accueil.

Mes intentions à court terme : monter mon niveau d’anglais, avoir suffisamment de contrat avec Globecyclette pour faire rentrer de l’argent, me préparer à la r-êvolution tamalpesque.

 

Faire ma part dans la matière : passer à l’acte

 

Une fois la vision clarifiée et les intentions posées, il faut passer au concret, passer à l’acte. Parce que si le « comment » n’est pas mon business, pour autant je dois faire ma part dans la matière. Les choses nous tombent du ciel que si nous sommes proactifs. Mes actions étaient simples : reprendre des cours d’anglais, faire des stages de life art et autre pratique de mouvement pour me préparer, faire mon dossier pour Tamalpa, méditer tous les jours sur ma vision à long terme, sur la confiance en moi, sur ma légitimité à faire cette formation, pister mon saboteur interne, déraciner les messages insidieux défaitistes, faire tourner mon entreprise Globecyclette avant une année sabbatique. Chacune de ces actions étant découpées en sous tâches.

 

Et vous ?

 

Quels sont vos rêves à pour 2021 ? pour dans 5 ans ? pour dans 10 ans ?
Ecrivez, dansez, dessinez, faites un collage de vos intentions
Puis identifier les actions à poser ou le « travail » à faire sur plusieurs niveaux :
– Intellectuellement : compétences à acquérir si besoin pour le projet
– Emotionnellement : croyances à déraciner, nouvelles croyances à installer, état de cœur à nourrir
– Energétiquement : pratique pour maintenir élevé votre niveau de vibration et vous branchez sur la fréquence de votre futur rêvé
– Physiquement : aligner votre état de corps à votre futur souhaité
– Dans le monde de la matière : choix, décisions, personnes à contacter, relations avec lesquelles prendre de la distance, …

 

Pour aller plus loin, formation Mémoire du Futur en ligne en live, 5 RDVs des vendredis matins à partir du 29 janvier.

 

 

 

Autres articles sur le sujet :

 

https://www.beatricemaine.com/2019/10/30/dialoguer-avec-son-futur/

https://www.beatricemaine.com/2019/06/24/la-memoire-de-son-futur/

https://www.beatricemaine.com/2018/11/19/memoire-du-futur-comment-la-batir/

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.