Le mouvement, cette merveilleuse partie de nous que l'on ignore - Béatrice Maine

Le mouvement, cette merveilleuse partie de nous que l’on ignore

formation neurosciences, neurodanse, accomapgnement solo entrepreneur, life art process, art thérapie, danse thérapie, formation cerveau, processus de changement, autoportrait en nature

Le mouvement, cette merveilleuse partie de nous que l’on ignore

Bouger et créer pour changer – Retour d’expérience du processus de l’ Autoportrait en 3 week end.

 

Le mouvement est partout. Le corps est fait par le mouvement. L’Homme se construit par le mouvement. On ne pense pas qu’avec son cerveau. On pense avec ses doigts, ses pieds, son ventre. On pense avec son corps tout entier. Le mouvement, dès les origines tient une place primordiale dans l’évolution du vivant.

Dès le début de la vie embryonnaire, tout commence par le mouvement. Dans le processus qui construit un être humain, la place de celui-ci est fondamentale : le bébé explore, rencontre, comprend, se familiarise avec son monde environnant par des expériences sensorimotrices. Chaque expérience motrice et sensorielle vécue vient enrichir le cerveau du tout petit d’un nouveau circuit neuronal. Ce principe est toujours aussi vrai pour le petit d’Homme devenu grand : à tout âge de nouvelles connexions neuronales s’opèrent.

Quand vous faites une – nouvelle – expérience corporelle c’est comme si vous traciez un nouveau trait sur une feuille de papier qui contient déjà de multiples tracés. Cette expérience corporelle s’inscrit dans votre cerveau sous forme d’une nouvelle connexion de neurones. Les circuits ainsi constitués encodent un vécu et tout ce qui y est associé : sensations, émotions, images, couleurs, bruits, contact, interaction, contexte … Même les notions abstraites comme l’empathie, la bienveillance, le sentiment de reliance, l’amour, l’authenticité sont représentées dans le cerveau sous forme de circuit neuronal.

Ainsi, une expérience engageant le corps et l’esprit (psycho-corporel) vécue dans un contexte bienveillant, accueillant et respectueux s’engramme profondément dans le cerveau de l’individu. Au fur et à mesure que de circuits nouveaux comme ceux-là apparaissent, mûrissent et se consolident, c’est progressivement tout un nouveau potentiel ancré dans la confiance, le respect, l’authenticité qui croît.

 

autoportrait, life art process, danse en nature

Stage autoportrait, juillet 2006, photo Marie Landreau

Bouger le corps et créer = Chantier de construction dans nos cerveaux

 

Quand le corps bouge, des émotions et des pensées s’expriment et dans le cerveau c’est un énorme chantier de construction qui se met en branle. En effet, il se produit une ré-organisation des circuits cérébraux : encodage de nouvelles informations dans la mémoire, libération et transformation d’émotions et de ses souvenirs associés, routes neuronales élaguées parce que devenues inutiles ou pas assez performantes, d’autres circuits créés ou renforcés avec pour conséquence une ouverture des perceptions, le champ de vision qui s’ouvre, des nouveaux points de vues qui émergent, des ressources inédites qui se manifestent, des forces qui se libèrent.
La constitution de nouveaux circuits de neurones est ce qui permet l’acquisition de nouvelles compétences. La personne retourne alors dans la vie équipée de nouveaux outils et davantage en capacité de conquérir de nouveaux territoires intérieurs et extérieurs.

 

autoportrait en nature

Stage autoportrait, juillet 2006, photo Marie Landreau

Un infini potentiel de changement se trouve dans l’incroyable réservoir de neurones.

 

Le cerveau est un univers d’une extraordinaire complexité. Les processus d’élagage et de création de nouveaux câblage jalonnent notre vie. Au fil des années et des expériences l’anatomie de notre cerveau change et suit l’évolution, les tours et les détours de nos apprentissages, de nos pensées, de nos pérégrinations intérieurs et de notre personnalité.
En jouant avec l’intermodalité artistique (danse, dessin, écriture, land art, voix) des modifications silencieuses et invisibles se produisent entre nos deux oreilles et des bouleversements profonds se passent. Le mouvement est un formidable levier pour contourner des limites, dépasser des blocages, apaiser des blessures et faire évoluer notre identité, nos habitudes, nos capacités relationnelles, notre regard sur le monde et sur notre vie.

Chaque nouvelle expérience en conscience ouvre la porte à de nouvelles sensations donc à de nouvelle compréhension. Et chaque nouvelle compréhension ouvre la porte à de nouvelles expériences, donc à de nouvelles sensations. Le mouvement, les sensations qu’il procure et les pensées et les émotions qui surgissent avec ces expériences dialoguent. Les informations de l’un viennent enrichir l’autre. Une discussion d’une infinie richesse se tisse. Malgré le brouhaha de notre mental qui doute, minimise, sous évalue ou dévalorise, c’est bel et bien un nouveaux accès vers le monde qui se créé, ouvrant un nouveau champ des possibles…

 

Pour conclure le témoignage de Marie qui a vécu le cycle du processus de l’autoportrait cet hiver

 

« Oui c’est un processus et ça devient vivant en soi, à l’intérieur de soi, à l’intérieur du groupe. Et ensuite, après, c’est encore là, vivant.

Oui c’est un outil singulier, un Tout qui est autre chose que la somme de Je danse + je dessine + j’écris + etc… et qui est aussi Tout autre chose que Je danse, je dessine ou j’écris dans la « vraie » vie…

Oui c’est puissant ça bouge des mémoires, anciennes et futures.

Oui c’est un auto-mobile-portrait, qui vous emmène où vous ne vous attendiez pas.

Oui c’est comme dans la vie : les personnes entre elles, les portraits entre eux, les personnes et les portraits interagissent et mettent en mouvement les personnes et les (auto)portraits qu’on a dedans de soi. Qui dansent. Qui danse ?

Oui j’ai découvert une femme que je ne connaissais pas, que j’ai envie de connaître, que j’apprends à connaître, qui infuse doucement, discrètement, puissamment à l’intérieur de moi et fait parfois monter un grand rire à mon visage, celui de ma vie-vivante dans les jours comme ils viennent.

Alors…

Oui, merci à toi Béatrice, pour le soin, la douceur et l’énergie que tu mets en jeu, en art, en vie et en processus, pour nous accompagner de nos zones un-confort-(s)table vers nos zones de magie.

Marie, 42 ans, automne-hiver 2016-2017, cycle Autoportrait en 3 week-ends

 

autoportrait en nature

Stage autoportrait juillet 2006, photo marie Landreau

 

 

 « Le mouvement est une écriture indélébile, un témoignage vivant de ce qu’est la nature humaine dans sa plus grande dimension. » Le mouvement dans tous ses états. Eve Berger

 

Se former à la Neurodanse en présentiel

Se former en ligne

 

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.