Les dossiers de nos « arrière-cuisines » - Béatrice Maine

Les dossiers de nos « arrière-cuisines »

Les dossiers de nos « arrière-cuisines »

Trou de mémoire, perte du fil de la discussion, dispersion, agitation, évitement,
La personne que j’accompagne sur cette question de sa valeur, son rapport à l’argent, à l’abondance, au confort se trouve face à un état émotionnel et mental qu’elle n’avait pas imaginé. En observant les manifestations de son corps, de son énergie, de sa pensée elle mesure à quel point le thème est difficile, inconfortable et confrontant.

Elle a pourtant fait déjà beaucoup de chemin. Elle s’est déjà questionnée sur son rapport à l’argent, sur ce qu’elle y projette, sur l’histoire générationnelle dont elle hérite, ect… et malgré cela, un endroit d’elle se « débat » avec cette notion.

Cette question est restée dans l’implicite de son esprit, dans la partie ni totalement inconsciente (car elle s’est déjà questionnée) ni totalement conscience. C’est resté dans les coulisses de son être. Dans son « arrière cuisine ». Et cette « arrière cuisine » pollue son quotidien et entrave le bon développement de son entreprise, son équilibre économique, et l’accès à son envergure. Difficulté à tarifer ses offres, difficulté à se dégager un salaire malgré tout le temps et l’énergie qu’elle passe à son travail, sentiment d’illégitimité à gagner de l’argent avec ce qu’elle propose, sentiment d’imposture, difficulté à reconnaitre sa valeur, malaise à imaginer qu’elle pourrait gagner plus et qu’elle pourrait gagner « bien », croyances négatives bien ancrées (pas possible de vivre de son activité, vu le contexte économique, comment prétendre à faire payer X€ , les riches sont tous des cons et des profiteurs …), …

Nécessité de ne pas laisser dans l’ombre ce sujet et de mettre de la lumière dessus pour que la vie cesse de lui envoyer des confirmations de ses croyances.

Nécessité de changer de mindset, heartset, bodyset, d’habitude de pensées, d’état de corps, de sortir de ce paradigme et de cette vision de l’agent qui la maintient dans la précarité et l’insécurité.

 

Une partie du corps mal en point ne peut pas participer ni contribuer au bon équilibre du corps tout entier

 

Les sujets pas suffisamment explorés et apaisés c’est comme une partie du corps qui serait un peu ankylosé, un peu rigide. On sait bien que cette partie du corps n’est pas au mieux de sa forme. Qu’elle n’est pas dans son plein potentiel. Mais le reste du corps fonctionne et entraine la partie souffrante. Alors on fait un peu l’autruche, on regarde ailleurs, on reporte toujours à plus tard le fait de s’occuper de ce problème.

Pourtant cette partie du corps mal en point, ainsi délaissée ne peut pas participer ni contribuer au bon équilibre du corps tout entier. Vous ne bénéficiez pas de ses potentialités, de sa présence, de son énergie. Une articulation douloureuse empêche de faire certaines activités, des problèmes d’intestins ralentissent tout le système digestif et impacte l’absorption des bons nutriments, une douleur lancinante prend de l’énergie, de l’attention, de la disponibilité mentale et émotionnelle.

Il en est de même pour nos « dossiers » oubliés dans les arrière-cuisines de nos cœurs, de nos pensées, de nos systèmes de croyances …

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.